Accueil > Recommandations pour chiots > Pourquoi la hiérarchie est-elle importante pour un chien

POURQUOI LA HIÉRARCHIE EST-ELLE IMPORTANTE POUR UN CHIEN?


Pour que notre chien soit enclin à nous obéir, il doit nous respecter. Pour cela, on doit se trouver au-dessus de lui dans sa hiérarchie

La hiérarchie

Le chien est un animal social, habitué dans la nature à vivre au sein d'un ordre hiérarchique où l’on retrouve un chien alpha ou leader. Dans notre société, le chien vit avec sa famille d’humains qu’il considère comme des membres de sa meute. En tant que telle, celle-ci doit avoir une hiérarchie au sein de laquelle se trouve le leader à la plus haute position. Chaque membre occupe un échelon de la hiérarchie, et le chien comprend qu’il ne doit obéir qu’à ceux qui se trouvent socialement au-dessus de lui. Les chiens ne s'attendent pas à ce que l’on soit égaux à eux, ils naissent avec un sentiment social et une tendance à occuper une position dans la hiérarchie.

L’importance de la hiérarchie pour une bonne cohabitation avec des chiens Australian Cobberdog Labradoodle

LE BESOIN D’UN LEADER

Le leader est celui qui s’occupe de gérer les ressources du groupe social auquel il appartient afin d’obtenir les meilleurs résultats et le plus grand bien-être de tous les membres de la meute. Le leader est celui qui impose les normes dans le groupe et qui se charge, avec d'autres membres, de les faire respecter. C'est aussi celui qui veille à la sécurité de tous les membres et qui se charge d’organiser la nourriture et l'espace de la communauté.

Le leader n’occupe pas ce poste par imposition, il est accepté par le reste des membres du groupe car ils considèrent que c'est celui qui est le plus en mesure d’être responsable des autres membres.

Étant donné que nous fournissons la nourriture, l'eau, la protection, la stimulation mentale et physique, la compagnie et que nous pourvoyons aux besoins de notre Australian Cobberdog, il n’y a pas de raison pour qu’il cherche à élever son statut. S’il venait à assumer le rôle de leader, il serait alors responsable de toute ce qu’implique cette position. C'est quelque chose qu’il ne peut ni ne veut assumer.

Si un chien venait à penser qu’il est le leader de la famille, il commencerait à trouver des menaces constantes pour sa « meute » qu’il ne pourrait pas contrôler. Des membres de la famille dont il perd le contrôle visuel, des inconnus qui viennent interagir avec eux, quelqu'un qui touche des choses qu’il considère comme « siennes »... Autant d’incalculables situations face auxquelles le chien ressentirait une tension constante dans son rôle de leader et qui finiraient par le frustrer car il ne peut pas les gérer.

LA DOMINANCE

Malgré les croyances populaires, qui disent que le chien est un animal qui, s’il en a l’occasion, luttera pour obtenir un statut dominant au sein de la famille, la dominance n'est pas un concept véridique si on l'applique à l’intention de s’élever dans la hiérarchie familiale.

La dominance est un concept qui fait référence à la capacité d’un individu à conserver ou contrôler l'accès à certaines ressources. Cela n'a rien à voir avec le statut de mâle alpha. La « dominance » est plutôt une question d’obtention ou de perte et non pas d’accès à un statut supérieur.

Cela pourrait expliquer pourquoi certains chiens se montrent protecteurs envers la nourriture, leurs jouets ou pourquoi ils se montrent agressifs si leur maître essaie de les chasser du canapé. Dans ces situations, le chien a une position de contrôle sur la situation et ne veut pas la perdre. Si on le laisse faire ce qu’il veut, un chien fera ce qui lui semble le plus gratifiant, et si l’on a laissé un chien dormir pendant des mois sur le canapé, il pourrait avoir une réaction agressive si quelqu’un change soudainement ces règles et lui en refuse désormais l'accès. Voilà pourquoi, quand ces situations se produisent, on ne doit pas croire que le chien cherche à être le leader, c’est plutôt qu’on lui a fait comprendre qu’il avait le contrôle d’une ressource.

Si on lui permet le contrôle sur plusieurs choses, le chien pourra commencer à sentir qu’il a un pouvoir sur certains aspects de sa « meute humaine » (même s’il ne se sent pas pour autant un mâle alpha). 

Un chiot peut-il faire preuve d’une attitude dominante?

L’Australian Cobberdog est un chien dont le tempérament naturel s'adapte mieux au rôle de suiveur que de leader: il est facile de lui apprendre des choses, très diligent, il aime faire plaisir et s'adapte facilement aux règles de la maison. Mais comme tous les chiens, si on lui apprend (même inconsciemment) qu’il a le contrôle sur les ressources, il se comportera comme il l'a appris. Le chien, au fur et à mesure de sa croissance, teste les différentes conduites qu’il peut adopter dans chaque situation qui se présente et adopte un rôle et une attitude en fonction des résultats qu’il obtient de ces comportements. La permissivité fait généralement comprendre au chien qu’il peut faire ce qu’il veut et qu'il peut se comporter de façon autoritaire, pas tant en raison de son « caractère dominant » mais à cause de l'apprentissage qu’il a reçu. Si l’on essaie de le faire changer d'attitude, le chien luttera pour conserver son privilège de faire ce qu’il veut, tout comme un enfant gâté.

Comment mettre en place la hiérarchie

Quand un chien ne contrôle pas ses ressources, il assume immédiatement une position d’attente envers son leader, celui qui les lui fournira. Lorsqu'un leader contrôle les ressources, cela lui permettra d’obtenir l'attention du chien et sa disposition à satisfaire. On pourra ainsi établir un climat idéal afin de développer un lien avec le chien.

  • L’espace
    Le leader doit gérer les endroits auquel le chien a accès et doit être capable de lui indiquer s’il souhaite qu’il se trouve à un endroit ou à un autre. Chez les chiens, il est courant d’observer que celui qui s’établit en tant que leader bloque le passage aux autres et les empêche d’accéder à certains endroits. Le fait que le chien sache qu’il ne contrôle pas l'espace fait de nous son leader.
  • Les objets
    Il est évident qu’un chien ne devrait pas avoir la capacité de décider quoi faire des objets qui se trouvent autour de lui. Cette restriction ne s'applique pas seulement aux meubles ou aux vêtements que l’on ne veut pas que le chien morde, mais aussi à ses jouets. D’une part, les jouets sont une ressource précieuse pour le chien. Le fait de les avoir en notre possession nous permet de les utiliser comme renfort d'une conduite et nous place dans une position de leader envers lui. D’autre part, le chien ne doit pas penser qu’il a un quelconque pouvoir sur les jouets car il pourrait développer une conduite protectrice envers eux et se montrer agressif pour les défendre. Voilà pourquoi, on ne doit pas lui permettre d'utiliser des objets (afin d’éviter qu’il les abîme ou qu’ils puissent représenter un danger) et ses jouets doivent être sous notre garde, afin qu’il nous considère comme son leader.
  • Le temps
    L'une des responsabilités typiques du leader est de décider quoi faire à tout moment. D'ailleurs, l'une des ressources qui a le plus de valeur est le contrôle des temps d'attente. Il ne s'agit pas seulement de choisir ce que l’on va faire mais le moment exact où le chien pourra le faire. Par exemple, il y a une différence entre prendre la laisse et que le chien aille en courant vers la porte pour sortir dès que celle-ci s’ouvrira, et prendre la laisse et le faire attendre assis jusqu’à ce qu’on lui donne l’ordre de sortir tranquillement par la porte entièrement ouverte. Dans le premier cas, c'est le chien qui décide, sans prendre en compte notre critère, et dans le deuxième cas, il est attentif à ce que l’on fait pour arriver à un compromis entre le chien et l’humain : « on sort te promener d’une façon agréable ». Il en est de même lorsque le chien va manger et on le fait attendre jusqu’à ce qu’on l’ait servi et qu’on lui donne l’ordre, ou quand on lui enlève la laisse et on lui demande d'attendre quelques secondes. Cette attente fait de nous un leader.
  • La nourriture
    La nourriture est l’une des ressources les plus précieuses pour un chien, voilà pourquoi celui qui en a le contrôle se place immédiatement dans une position de supériorité. Pour autant, contrôler la nourriture ne signifie pas seulement la donner, mais aussi pouvoir la toucher ou l’enlever à tout moment. Ce contrôle ne s’obtient pas par l’imposition, mais en gagnant la confiance du chien. Si le chien ne doute absolument pas que son alimentation est garantie et s’il comprend que l’on voudra toujours le meilleur pour lui, il n’aura aucun inconvénient à nous laisser manipuler sa nourriture car il comprendra qu’il doit y avoir une bonne raison à cela. Depuis qu’il est petit, le fait de toucher sa nourriture alors qu’il mange ou de lui en donner une partie à la main pourra nous aider à gagner cette confiance.
  • Hauteur
    Être placé plus haut suppose plus de contrôle sur la situation. De nombreux chiens ont tendance à dormir en hauteur ou essaient de monter sur d’autres chiens pour montrer leur contrôle. Voilà pourquoi il est souvent déconseillé qu’un chien qui n'a pas tout à fait compris la hiérarchie du foyer se place à la même hauteur que son maître (par exemple, en montant sur le canapé). Si la place la plus élevée nous revient, le chien prendra conscience qu’il ne contrôle pas la situation.

Renseignements et consultations sur l'Australian Cobberdog

Contact